22/02/2011

la voie du Rhône

 

Délégation départementale du Rhône, Villeurbanne, le mardi 18 janvier 2011

 

A l'attention de nos élus,

 

 

L'être humain ne peut être réduit à son handicap ou sa maladie quels qu'ils soient,

En tant que citoyenne, la personne en situation de handicap exerce ses responsabilités dans la société ; elle a le choix et la maîtrise de son existence.

 

Charte de l'APF

 

Les difficultés de communication peuvent être associées à des difficultés à lire et à écrire, sans restriction de l'intelligence et du désir de participation sociale. Ce handicap est très pénalisant dans la vie courante.

 

Revendication de l'APF, 2010

 

Les Etats parties acceptent et facilitent le recours par les personnes handicapées, pour leurs démarches officielles, à la langue des signes, au braille, à la communication améliorée et alternative et à tous les autres moyens, modes et formes accessibles de communication de leur choix.

 

Article 21 de la Convention des Nations Unis relative aux droits des personnes handicapées

 

 

Madame, Monsieur,

 

Le groupe d'initiative local sur les difficultés d'élocution et de communication de la délégation de l'APF du Rhône vous souhaite une bonne année 2011 et vous offre deux poèmes.

http://albumdevie.jimdo.com/le-groupe-gildec-69/

Le court-métrage que nous vous présentons a été réalisé dans son intégralité par des personnes en situation de handicap, dont la majorité rencontre des difficultés d'élocution et de communication. Il montre leur volonté et leur capacité d'expression malgré une diction difficile et grâce à l'usage de méthodes alternatives.

Ne pas les reconnaître revient à continuer de les murer dans un silence assourdissant.

 

A l'heure où M. François FILLON confie à M. Jean-François CHOSSY une nouvelle mission parlementaire sur l'évolution des mentalités et le changement de regard porté par la société sur les personnes en situation de handicap, nous vous interpellons sur les freins que représentent la non-reconnaissance légale des modes de communication améliorée et alternative et l'intervention d'assistants de communication (http://www.reflexe-handicap.org/media/02/00/850077181.pdf).

 

En novembre 2010, M. Jean-Paul DELEVOYE, médiateur de la République, notait comme discriminatoire l'impossibilité pour ces personnes de recourir à un notaire. Il a saisi la chancellerie, mais ses suggestions pour remédier à cette situation restent trop restrictives au regard de la multiplicité et la complexité des modes de communication utilisée par les intéressés.

 

En outre, plusieurs témoignages sur des blogs et forums font état de problèmes pour porter témoignage devant une cour de justice ou pour accéder à certains soins, notamment par l'éviction d'assistant de communication au profit de juristes non formés ou sensibilisés aux modes de communication améliorés et alternatifs.

Ils invitent à revoir les codes et procédures pour permettre aux personnes en situation de handicap d'exercer pleinement leurs droits et devoirs.

 

Comment peut-on œuvrer ensemble pour que l'article 21 de la Convention des Nations Unis relative aux droits des personnes handicapées soit mis en pratique en France, que nos textes s'adaptent, que les agents d'Etat et notre société soient à l'écoute de tous, malgré leur différence ?

 

Nous restons à votre entière disposition et vous remercions pour votre engagement sur la cause du handicap.

 

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, nos salutations distinguées,

 

 

Christine CORNILLIAT                                                           Cédric GAUDEL

Représentante du Conseil Départemental                   Représentant du GILDEC 69

 

 

Les commentaires sont fermés.