17/07/2011

Un homme handicapé emmené de force à l'hôpital par les policiers et les pompiers

( vous pouvez aussi écouter cette note en cliquant ci-dessous )


podcast

 

Damien est en pleine forme. Ce qui n’a pas empêché policiers et pompiers de conduire, de force, ce lyonnais infirme moteur cérébral à l’hôpital.

La scène ubuesque, rapportée par le Progrès, s’est déroulée le 23 juin, dans les rues de Villeurbanne (Rhône). Il est 17h30, et Damien est en train de téléphoner à son épouse, quand des policiers arrivent sur les lieux. Les agents ont été prévenus par un passant intrigué par le comportement de cet homme qui fait de grands gestes et laisse échapper un filet de salive de sa bouche. Damien tente de leur expliquer que ses mouvements désordonnés et ses difficultés de déglutition sont dus à son handicap. Mais ses problèmes d’élocution rendent la conversation difficile. Il les persuade alors d’appeler un ami pour que celui-ci confirme ses propos. Peine perdue. Les policiers alertent les pompiers, qui contactent à leur tour ce proche. Sans plus donner foi à ses explications.

« Changer de regard sur le handicap »

Les pompiers décident d’emmener Damien à l’hôpital, en lui faisant croire qu’ils vont le déposer au Centre culturel et de la vie associative, où il se rendait. Quand il se rend compte que le véhicule ne se dirige pas vers l’endroit convenu, il s’énerve : il finira le trajet attaché ! Il lui faudra attendre d’être arrivé à l’hôpital pour que le médecin qui le prend en charge s’aperçoive de la bévue.

L’ironie de l’histoire, c’est que Damien se rendait à l’inauguration de la semaine de sensibilisation au handicap lorsque son cauchemar a démarré. On espère que les policiers et les pompiers ont pris la peine d’assister à une des manifestations proposées pour… « changer de regard sur le handicap ».

 

Ce que l’on sait, par contre, c’est que, suite à cette affaire, la mairie de Villeurbanne a accepté que l’Association des paralysés de France, l’APF, dont Damien est un des représentants locaux, organise des sessions de formation pour tous les agents municipaux ayant une fonction d’accueil du public. L’APF a par ailleurs saisi la Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (HALDE).F.S

 

Commentaires

Dysarthrique suite accident, je suis outré que ce genre de comportement perdure ; et cela en dépit de la prétendue évolution des mentalités.

Écrit par : laurent | 17/07/2011

c est scandaleux surtout venant de la part de pompiers ou policiers j'espere qu'ils auront un autre regard sur les personnes en situation de handicap et qu'ils ont presente des excuses

Écrit par : dodre | 17/07/2011

Ce problème est désolant et bien souvent la police comme les samu ne font attention a rien j y suis déja passée plusieurs fois et c est vraiment navrant.
Je suis atteinte de SEP et de plus je suis épileptique et quand il m arrive d appeler les secours combien de fois j ai du faire face a des paroles qui m ont fait très mal du genre ( vous avez bu combien de verres d alcool,vous avez pris quoi comme médicaments et j en passe ) maintenant quoiqu il m arrive je n appelle plus les secours et si j arrive a m en sortir toute seule c est bien sinon et bien tant pis.
Personnelement la coordination entre les secours et la police est tout a fait intolérable il ne faut pas tout mélanger..personnelement on m a déja répondu au secours allez vous coucher et cela ira mieux demain.
Moi je dis MERDE a ce système .

Je suis une handicapée parmi tant d autres et pour nous on n ai plus comme les autres.
Ca fait mal mais bon moi maintenant je baisse les bras devant tant d injustices....
Je suis vraiment écoeurée de leurs principes..
Ils ne sont pas assez formés a mon avis mais bon on ne changeras pas le monde et c est vraiment navrant....

Écrit par : GERARD | 18/07/2011

ce n'est pas facile pour les personnes en situation de handicap qui ont des problèmes d'élocution ,les policiers ne connaissent pas le handicap,et dramatise et surtout ne cherche pas a comprendre .

Écrit par : caradec | 21/07/2011

Les commentaires sont fermés.