• Adapter l’information et les documents écrits : la communication adaptée

     Les lois de 2002 de rénovation sociale puis celle de 2005 relative à l’égalité des droits et des chances, affirment la place et les droits des personnes en situation de handicap, les replacent en tant que « sujets », « au centre de leur projet », habilitées à émettre un « consentement éclairé » sur ce qui leur est proposé etc...   Les mots sont irréprochables …

    Mais encore faut-il réunir les conditions pour qu’elles comprennent et puissent relire les informations, données souvent trop rapidement par oral ou par écrit.

                       Nous devons agir pour « accessibiliser » les informations données.

     

     

    « Accessibilisation »

    Beaucoup des personnes accompagnées dans nos services ou établissements, ou dans la société en général, sont en difficulté multiples : difficultés motrices, mais aussi troubles cognitifs ou sensoriels associés, accès à la lecture etc… elles ont souvent de la difficulté à se concentrer, à mémoriser, à lire et à écrire, ou à gérer une situation inconnue.

    Dans les situations de non compréhension, elles peuvent se mettre en retrait et adopter une attitude passive, attendant même que quelqu’un d’autre fasse des choix pour elles. Alors qu’avec une information claire, elles pourraient probablement exprimer leur avis.

    Pictogramme S3A

    L’accessibilité concerne de façon générale la circulation dans la cité et l’accès aux transports. Mais pour un déplacement autonome, pour une gestion de vie autonome, la société doit « accessibiliser » les informations et plus largement la communication à destination de ces personnes.

     

    « Accessibiliser », quoi ?

    Toute information sur : activités, décisions, emplois du temps, règlements, chartes, livrets d’accueil, projets individuels ou d’établissements,  organigrammes, comptes rendus de réunion, commissions diverses, papiers administratifs, modes d’emplois, consignes, listes, explications concernant un vote, une réunion, etc… 

    L’objectif est de s'adresser au plus grand nombre, y compris les personnes ayant des difficultés importantes. 

    Difficulté à comprendre : pictogrammes Arasaac. http://www.arasaac.org/

     

    « Accessibiliser », comment ?

    Un document en « Communication adaptée » propose des informations simples et claires, présentées à la fois par écrit (papier ou ordi) en texte simple, avec des images et illustrations qui en facilitent la compréhension. Le document peut aussi être écouté (enregistrement audio), ou accompagné de vidéo.

     

    En amont, un résumé en caractères bien visibles annonce l’objet du document.

     

    Le texte en français simple doit :

    • Etre pensé pour les personnes en question, même s’il concerne aussi le grand public
    • Utiliser des mots simples (mais pas forcément enfantins) et des phrases courtes. Une seule idée par phrase.
    • Etre illustré d’exemples concrets.
    • En évitant les métaphores et les sigles
    • Utiliser des phrases positives plutôt que négatives,
    • Utiliser des tournures actives plutôt que passives.
    • Privilégier la facilité de lecture plutôt que l’esthétique.
    • Utiliser des puces pour faire des listes plutôt que des virgules.
    • Utiliser la même police de caractères pour tout le texte, en évitant l’italique et les majuscules pour des mots entiers.
    • Utiliser les polices Arial ou Tahoma, mieux adaptées.
    • Eviter trop de couleurs, ou des fonds illustrés.
    • Les phrases commencent en début de ligne, sans aller à la ligne au milieu d’une formule verbale ou d’un mot.
    • Le texte n’est pas justifié à droite (espaces irréguliers entre les mots).

     

    Mettre en relief les informations importantes :

    • En début de texte
    • En gras
    • Encadrées

     

    Les illustrations(photos, pictos et images, symboles, dessins et graphiques) viennent éclairer la compréhension. Elles sont simples, et placées à l’endroit qu’elles sont censées éclairer. Elles ne sont pas censées « traduire » littéralement l’écrit en pictos, mais le faire comprendre.

    Utiliser le même style d’illustration au fil du texte, et systématiquement la même illustration pour la même idée.

    Topologie : La place des images peuvent signifier quelque chose tout autant que le dessin lui-même.  Un non lecteur doit pouvoir décoder « de quoi ça parle » !

     

    Conclusion :

    En adaptant ainsi la communication au sein des structures et des établissements, et en incitant à la promotion d’une communication adaptée utile à tous (tous les non lecteurs, tous les non francophones), nous améliorons l’accessibilité au sens large, permettons le libre exercice d’une plus grande citoyenneté.

     

    Pour surfer utile :

    Banque de pictogrammes Arasaac, gratuite : http://www.catedu.es/arasaac/ 

    Nous aussi : http://www.unapei.org/Nous-aussi-Une-aventure.html 

    Recommandations de bonnes pratiques : http://www.anesm.sante.gouv.fr/

    Documents PULSE (Participation Usagers Lois Structures Etablissements)

    http://participation-des-usagers.blogs.apf.asso.fr/communication-adaptee.html   

     

     

     

    Illustration extraite du CDRom Unapei

    Projet de vie avec la photo de la personne au centre et les choix d’activité autour en pictos : « Qu’est ce que l’établissement et moi souhaitons faire pour m’aider à vivre bien » ?

     

        

    Proposition en vue du CVS : En salle d’activité, on veut un ordi !

     

     

    Extrait d’un compte rendu de CVS. (Makaton)

                             

     

     

     

     

     

     

     

  • En bonne compagnie

    Théâtre avec le service d'accueil de jour APF France handicap d'Eybens (38) et la compagnie Kaléïdoscope Un projet réalisé en partenariat avec la CNSA.

    Lire la suite

  • Clermont-Ferrand : quand le handicap s'invite dans le Grand débat national

    L'Association des paralysés de France a organisé une réunion publique sur le thème du handicap, dans le cadre du Grand débat national, lundi 11 février. / © Delphine Cros / France 3 Auvergne
    L'Association des paralysés de France a organisé une réunion publique sur le thème du handicap, dans le cadre du Grand débat national, lundi 11 février. / © Delphine Cros / France 3 Auvergne

    Pour que la question du handicap ne soit pas éclipsée du Grand débat national, l'Association des paralysés de France a proposé une réunion publique traduite en langue des signes à Clermont-Ferrand afin de débattre sur la politique à adopter en la matière, lundi 11 février.

    Par Aurélia Abdelbost avec Delphine Cros

    La question du handicap ne fait pas directement partie des quatre grands thèmes retenus pour le Grand débat national, alors l'Association des paralysés de France (APF France Handicap) a décidé de l'inviter dans le débat. L'association a proposé une réunion publique à Clermont-Ferrand lundi 11 février. Quatre thèmes ont été retenus pour discuter de la politique du handicap : accessibilité, inclusion scolaire, emploi et ressources. Et pour que les discussions soient accessibles à tous, le débat était traduit en langue des signes.
     

    "C'était nécessaire et vital"

    "Je suis contente car enfin le débat est ouvert à toutes les personnes handicapées, on nous écoute, on nous donne les informations", souligne Malika Marzougui qui souffre de surdité. Chacun a des cas très concrets à faire remonter : "Pour 1h30 d'interprétariat à l'hôpital, il faut compter 80 euros de sa poche", fait remarquer cette dernière durant le débat. "C'était nécessaire et vital, dans le sens où on est transparent", insiste un autre participant. L'objectif de cette réunion est d'élaborer un cahier de doléances qui sera transmis à l'Elysée dans le cadre du Grand débat national.
     
     
     
     
     
     
     
    Grand débat national : une réunion publique sur le handicap traduite en langue des signes à Clermont-Ferrand
    L'association des Paralysés de France a proposé une réunion publique à Clermont-Ferrand, lundi 11 février, afin de débattre sur la politique à adopter en matière de handicap. Intervenants : malika Marzougui et Marc Cohen, partipants du débat. - Delphine Cros, Eric Talix et Brice Ordas
     
     source :  France TV

     

  • Conférence Isaac francophone – 5 octobre 2018

    Venez nous rejoindre à Paris le 5 octobre pour notre conférence Isaac francophone 2018  :

    « La main, l’objet, le logiciel … Pour une communication multimodale ! »

    Nous vous proposerons de l’information, des témoignages et de la pratique autour de la CAA, l’occasion de communiquer et d’échanger.

    Par ici  le programme !

    Vous souhaitez vous inscrire ? Cliquez ici

     

  • Rage d'exister (Philippe Aubert et Sophie Jacolin)

    "Aujourd'hui, je prends la parole avec ce livre. Je prends la parole, pourtant jamais je n'ai prononcé le moindre mot."

     

    Lire la suite